Description du projet

Avec le projet GhostNets, NaturDive intervient dans la récupération des filets perdus en collaboration avec les pêcheurs professionnels.

Les engins de pêche perdus, une problématique impactante pour les milieux marins

Les côtes de la Méditerranée ont été, depuis la Préhistoire, une terre de pêche. La pêche artisanale, utilisant des méthodes traditionnelles, fait partie de cette histoire, et représente entre 60 et 80% des flottes de pêche professionnelles. Sur le littoral de la Région PACA, les unités de moins de 18 m, pêchant dans la zone des 3 milles nautiques, sont très majoritaires. Dans les Alpes-Maritimes, la petite pêche côtière est une pêche plutôt éco-responsable avec des poissons démaillés à la main, une quantité pêchée peu importante et des espèces ciblées en fonction des saisons et de paramètres environnementaux. Cette pêche est donc importante d’un point de vue économique et socio-culturel.

Néanmoins, il arrive que des filets finissent bloqués, ou perdus de façon accidentelle, à cause de mauvaises conditions météorologiques, de la méconnaissance du terrain, des conflits d’usages, ou de la dérive des engins avec le courant. Nécessitant parfois l’intervention de plongeurs professionnels, et étant dangereux, ce matériel perdu est souvent laissé ainsi, au grand dam des marins qui accusent une perte pécuniaire, liée au rachat d’un nouvel équipement.

Dans une récente méta-analyse, les auteurs ont pu estimer que 5,7% de tous les filets, 8.6% de tous les casiers et 29% de toutes les lignes sont perdus dans le monde chaque année (Richardson, Hardesty & Wilcox 2019). Sans surprise, une corrélation entre l’effort de pêche et les quantités d’engins perdus a d’ailleurs été trouvée.

Responsables du piégeage accidentel de nombreuses espèces, ces engins de pêche perdus tels que les filets de pêches, les casiers, les hameçons, altèrent les fonds marins et leur fonctionnement, et polluent la mer. Les constituants des filets, tel que le nylon, peuvent mettre jusqu’à 600 ans pour se dégrader totalement ! En plus de leurs impacts environnementaux, ils représentent un danger pour les usagers de la mer et constituent une perte financière non négligeable pour les pêcheurs.

Les pertes ne peuvent pas être totalement évitées, mais elles peuvent être limitées par des mesures de prévention et leur impact diminué. Les mesures pour réduire l’impact des engins de pêche sont diverses. Une des mesures les plus efficaces est la récupération des engins perdus. Cette action présente de réels gains à la fois économiques, sociaux et écologiques.

Le programme Ghost Med…

Porté par l’Institut Méditerranéen d’Océanologie d’Aix-Marseille, ce programme est basé sur les sciences participatives. Lancé en 2015, il a pour objectif :

  • de recenser un maximum d’engins de pêche perdus en Méditerranée,
  • d’évaluer l’impact environnemental et paysager,
  • de créer un réseau entre pêcheurs, scientifiques et gestionnaires afin de mieux gérer cette problématique.

Un formulaire en ligne, et un QR code, permettent de signaler rapidement la présence d’un filet fantôme. 

NaturDive en est le relais sur la zone Cannes-Antibes !

Retirer un filet, une action délicate et réfléchie

Avant tout retrait, nous appliquons la méthodologie GhostMed pour évaluer l’impact de l’engin de pêche sur le milieu. Pour ce faire, un indice d’aide au retrait (IAR) a été élaboré et repose sur quatre paramètres :

  • l’impact environnemental : l’habitat impacté par l’engin, sa capacité à pêcher ou non, les espèces piégées.
  • l’impact paysager : la présence de l’engin modifie-t-il le paysage ? crée-t-il un relief ?
  • le risque pour les usagers : dans la zone où est situé l’engin, y a-t-il des activités de baignade, de pêche, de plongée ?
  • les difficultés techniques : la profondeur de l’engin de pêche perdu, son concrétionnement au milieu.
Un soutien de poids en 2022

Pour 2022, l’Office Français de la Biodiversité et France Relance soutiennent notre projet à travers l’appel à projets (AAP) « RECUPMED 2 ». Cet AAP vise au retrait, à la prospection et à la valorisation des engins de pêche perdus sur les trois régions du littoral méditerranéen français : PACA, Corse et Occitanie. 

De plus, avec ce projet, NaturDive est lauréat BeMed 2022 à Monaco, parmi 13 projets de 10 pays différents, prix décerné lors de la Monaco Ocean Week.

Depuis 2020, nous sommes intervenus sur 20 filets fantômes sur la zone de Cannes et Antibes, en partenariat avec les prud’homies de pêche. Une centaine de plongées individuelles sont venues à bout de ces filets. Un total de 2000 mètres de filet, couvrant 8500 m² de surface, retirés de nos fonds marins !

Les dernières actualités du projet GhostNets

GhostNets : 4 filets hors d’état de nuire !

4 juillet 2022|Commentaires fermés sur GhostNets : 4 filets hors d’état de nuire !

Depuis le mois d’avril, 4 filets ont déjà été retirés… 680m2 de matière plastique en moins et autant de surface d’habitats sous-marins qui vont pouvoir se régénérer !

Avec le soutien financier de France Relance, de l’Office Français de la Biodiversité et de Beyond Plastic Med (www.beyondplasticmed.org)

Bibliographie : 

Richardson K, Hardesty B. D & Wilcox C (2019) Estimates of fishing gear loss rates at a global scale: A literature review and meta‐analysis. Fish Fish ; 20 : 1218 – 1231. https://doi.org/10.1111/faf.12407